Nous avions de légers soupçons, mais déjà aucun doute ne reste : ce n’est pas le climat. Il n’est pas l’homme. Ce n’est pas le manque compromis. C’est le mauvais usage de la grammaire ce qui finit avec le monde.

C’est à nous de combattre avec phrases psychopathes qui tirent au sort la morale. Elles servent [...]

Sigue leyendo...